Sèche-mains électriques : véritables nids à microbes ?

Sèche-mains électriques : véritables nids à microbes ?

201
0
<<<
>>>

seche-mainsLes sèche-mains électriques sont à nouveau mis en cause et accusés par une microbiologiste américaine d’être de véritables nids à microbes et plus particulièrement si le lavage des mains est mal réalisé.
Nicole Ward a démontré ses dires en plaçant pendant 3 minutes une boîte transparente stérile ouverte dans un sèche-mains à air pulsé Dyson Airblade. Après 48h, elle a pu observer que microbes et bactéries avaient proliféré.

D’autres études déjà réalisées sur le sujet

Ces résultats avaient déjà été constatés et mis en lumière en 2016 dans une étude menée par deux chercheurs britanniques de l’Université de Westminster.
Les Dr. Patrick Kimmitt et Keith Redway ont analysé la transmission de virus en testant 3 méthodes de séchage différentes.
L’étude a démontré que les sèche-mains à air pulsé transmettaient beaucoup plus de particules virales qu’un séchoir à air chaud ou qu’un essuie-mains en papier.
Les sèche-mains à air pulsé sont depuis longtemps au cœur de controverses.

En 2000, la Mayo Clinic, au cours d’une étude à financement indépendant n’avait trouvé aucune différence d’hygiène significative entre l’utilisation d’un sèche-mains électrique et une serviette en papier.

La réponse du fabricant

Un parte-parole de Dyson a par ailleurs défendu les produits de la marque largement utilisés à travers le monde, en insistant sur le fait que les sèche-mains Dyson étaient équipés de filtres «qui capturent des particules aussi petites que les bactéries de l’air des toilettes avant qu’elles ne quittent la machine.»

Pour limiter les risques de transmission, il est recommandé de ne pas mettre son visage au dessus du « courant d’air » pour ne pas inhaler de bactéries ou en recevoir sur les muqueuses (bouche, yeux).

Laissez votre commentaire