Sport : quels sont les médicaments interdits ?

Sport : quels sont les médicaments interdits ?

267
0
<<<
>>>

sport medicamentsCertains médicaments ont un effet dopant : ils améliorent donc les performances sportives. C’est pourquoi, quelques substances sont interdites, notamment lors des compétitions. Et les professionnels ne sont pas les seuls concernés : potentiellement, tous les sportifs peuvent être contrôlés, quel que soit leur niveau.

En permanence

L’Agence Mondiale Antidopage définit les médicaments suivants comme étant interdits lors de la pratique d’une activité sportive :

  • Les agents anabolisants, parfois prescrits pour lutter contre les carences en protéines
  • Les hormones peptiques
  • Les diurétiques, notamment utilisés pour traiter l’hypertension artérielle
  • Les bêta-2 agonistes, des médicaments utilisés essentiellement pour traiter l’asthme
  • Les modulateurs hormonaux et métaboliques

En compétitions

Au-delà de cette première liste, lors d’une compétition, plusieurs autres médicaments sont également interdits :

  • Les stimulants
  • Les narcotiques
  • Les cannabinoïdes
  • Les glucocorticoïdes
  • Les médicaments du rhume

Nos conseils

  • L’automédication doit faire l’objet d’une vigilance particulière : lisez attentivement la notice d’un médicament pour vous assurer qu’aucune substance interdite n’y figure. En cas de doute, rendez-vous sur le site de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage.
  • Lors de la prescription d’un traitement, parlez à votre médecin de votre activité sportive pour qu’il puisse, si possible, adapter sa prescription.
  • Lorsqu’il n’existe pas de traitement alternatif, il est possible de demander une Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) à l’Agence Française de la Lutte contre le Dopage. Cette institution sera en mesure d’autoriser le traitement si celui-ci n’améliore pas vos performances, que son absence entraine un grave préjudice pour votre santé ou votre carrière sportive et que l’usage de cette substance n’est pas la conséquence d’une consommation antérieure d’une autre substance dopante.

A lire aussi : Mars 2017 : lancement du sport sur ordonnance

Laissez votre commentaire