Suicide chez les adolescents : les chiffres tristement en hausse !

Suicide chez les adolescents : les chiffres tristement en hausse !

430
0
<<<
>>>

Actuellement en France, le suicide est la deuxième cause de décès chez les jeunes de 15 à 24 ans. D’après le baromètre Santé publique France, environ 3% des adolescents de 17 ans déclarent avoir fait une tentative de suicide ayant nécessité une hospitalisation en 2017. Une nouvelle alarmante puisque l’Hexagone présente un des taux les plus élevés d’Europe, avec près de 9 000 suicides par an.

Une augmentation des pensées suicidaires

Ainsi, “plus d’un jeune sur dix déclarait avoir pensé au moins une fois au suicide au cours des 12 mois précédant l’enquête”, précise l’étude Escapad (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la défense) publiée le 5 février, à l’occasion de la 23ème journée nationale pour la prévention du suicide. En comparant avec les précédentes études menées entre 2011 et 2014, l’enquête révèle “une augmentation significative des tentatives de suicide et pensées suicidaires déclarées chez les filles entre 2011 et 2017″ et majoritairement lorsqu’elles ont entre 15 ans et 19 ans. En effet, 14,8% des filles ont eu des pensées suicidaires en 2017 et 4,3% ont déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie, contre 8,2% et 1,5% chez les garçons.

Quels sont les facteurs de risques ?

Si la principale cause des tentatives de suicide reste la dépression, pour les auteurs de l’étude il y a un lien entre les tentatives de suicide (TS) et le fait d’avoir redoublé ou de se sentir hors du système scolaire. Une fois encore, les filles ayant redoublé sont plus nombreuses à déclarer une TS que leurs camarades, ce qui marque selon l’étude, “une pression plus forte quant à leur réussite scolaire”. Par ailleurs, les adolescents qui vivent dans une famille recomposée ou monoparentale seraient également plus nombreux que les autres à déclarer des pensées ou tentatives de suicides. Autres facteurs : l’image du corps, notamment chez les jeunes en surpoids, ou encore les conditions socio-économiques, auraient aussi un fort impact sur leur santé mentale. Enfin, les résultats soulignent un lien fort entre les tentatives de suicide et les usages de substances psychoactives (tabac, alcool, cannabis et autres drogues), en particulier l’usage de substances illicites autres que le cannabis chez les garçons et l’usage quotidien de tabac chez les filles.

Pour une meilleure prise en charge des jeunes, les états dépressifs doivent être repérés plus précocement afin d’éviter les passages à l’acte, recommandent les auteurs de l’étude. “Cet axe est repris dans la feuille de route Santé mentale et psychiatrie 2018 du ministère de la Santé, qui vise à expérimenter les conditions d’un repérage et d’une prise en charge psycho-thérapeutique précoce remboursée au profit des jeunes en situation de “souffrance psychique”, afin de prévenir l’installation et l’aggravation de troubles psychiatriques” précise le rapport.

Il existe des dispositifs d’accueil gratuit et anonyme :

  • S.O.S Amitié : 09.72.39.40.50
  • Suicide écoute : 01.45.39.40.00
  • Fil Santé jeune : 0800.235.236

Laissez votre commentaire