Tabac : des chiffres toujours trop élevés

Tabac : des chiffres toujours trop élevés

256
0
<<<
>>>

tabac bilan 2016Demain, c’est la journée mondiale sans tabac ! Une action visant à encourager les fumeurs à réduire, voire stopper, leur consommation. Mais malgré tous les efforts des politiques publiques en la matière, le nombre de fumeurs en France n’a pas bougé depuis 7 ans. Un constat guère encourageant révélé par le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence sanitaire Santé Publique France, et repris par Libération.

Une stabilité inquiétante

Selon le bulletin, en France, en 2016, 34,5 % des 15-75 ans fumaient du tabac, 28,7% quotidiennement. Des prévalences stables depuis 2010, après la hausse observée entre 2005 et 2010.

Pourtant, les pouvoirs publics ne cessent de multiplier les mesures pour voir ce chiffre diminuer. Santé Publique France tient à nuancer cet apparent échec : l’augmentation du remboursement des substituts nicotiniques, la campagne « Moi(s) sans tabac » et le paquet neutre n’ont été mis en place que fin 2016, or l’enquête a été menée de janvier à juillet 2016. Il faudra donc attendre le prochain baromètre pour connaître l’impact de ces actions.

Une évolution différente selon les classes d’âge et le sexe

Sous cette globale stabilité se cachent de fortes disparités en fonction des différentes populations. Ainsi, le bulletin met en évidence « une augmentation du tabagisme chez les femmes dans les classes d’âge les plus élevées ». Il s’agit généralement de femmes ayant commencé à fumer étant jeunes et qui ont poursuivi leur consommation dans le temps.

« La diminution du tabagisme parmi les femmes de 15-24 ans et les hommes de 25-34 ans est en revanche un résultat encourageant pour l’avenir » rapporte Santé Publique France.

Des inégalités sociales

Autre constat fort repéré par le bulletin : les inégalités sociales face au tabagisme progressent. « L’accroissement des inégalités sociales en matière de tabagisme depuis le début des années 2000 se poursuit, détaille le bulletin. La prévalence de la consommation de tabac augmente parmi les plus défavorisés, mais elle diminue parmi les personnes ayant des hauts niveaux de diplôme et de revenus. »

La cigarette électronique, passée de mode ?

Si la cigarette électronique apparaissait comme un espoir dans la lutte anti-tabac, le phénomène semble dépassé. « L’expérimentation n’augmente pas, le produit n’attire pas de nouveaux consommateurs. La prévalence d’usage quotidien parmi les 15-24 ans diminue, ce qui peut être interprété comme un phénomène de mode qui a tendance à s’estomper en 2016 chez les plus jeunes » dénonce le bulletin.

Un bilan peu encourageant qui, espérons-le, pourra s’améliorer grâce aux nouvelles mesures mises en place fin 2016.

A lire aussi : ” Ma terrasse sans tabac ” contre le tabagisme passif

Laissez votre commentaire