Un hôpital parisien lance un appel au don de matière fécale

Un hôpital parisien lance un appel au don de matière fécale

459
0
<<<
>>>

Don du sang, don d’organes, don de moelle osseuse… nous vous en avons déjà parlé dans de nombreux articles. Saviez-vous que vous pouvez également donner vos selles ? Non, ceci n’est pas une plaisanterie : le Centre de recherche clinique de l’est parisien (CRC-Est) de l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP) est actuellement à la recherche de donneurs de matière fécale. Vous êtes curieux et voulez en savoir plus ? Nous vous expliquons ce qui se cache derrière cette idée a priori saugrenue.

Une affiche qui fait le tour des réseaux sociaux

Tout est parti d’une simple affiche placardée dans les couloirs de l’hôpital Saint-Antoine (XIIIe arrondissement de Paris) : « Vous souhaitez faire avancer la recherche, nous recherchons des donneurs de selles ». L’affiche a été rapidement partagée sur les réseaux sociaux, notamment sur le groupe Wanted Community, puis relayée par le site Paris Secret, spécialisé dans les bons plans parisiens. Loin d’être passée inaperçue, la quête du centre de recherche a suscité le rire et de nombreuses interrogations.

Une proposition très sérieuse

Cette demande en apparence un peu étrange est en réalité très sérieuse. Elle s’inscrit en effet dans le cadre d’une étude intitulée Rebalance-UC, qui analyse l’efficacité de la greffe fécale sur l’évolution de la rectocolite hémorragique (RCH). Cette maladie inflammatoire de l’intestin, aussi appelée colite ulcéreuse, est une pathologie chronique qui touche le côlon et le rectum. Elle se caractérise par des ulcérations de la paroi intestinale et se manifeste par une alternance de phases de poussées et de rémission. Les symptômes sont particulièrement handicapants et violents : diarrhée abondante, incontinence anale, douleurs abdominales intenses, nausées, vomissements, fièvre élevée, déshydratation, amaigrissement rapide… A l’heure actuelle, aucun traitement n’a été découvert, c’est pourquoi les recherches se poursuivent.

Le CRC-Est recherche des donneurs remplissant trois critères essentiels : être âgé de 18 à 49 ans, affilié à un régime de sécurité sociale français, en bonne santé et ne suivre aucun traitement (sauf la contraception). Pour encourager les potentiels donneurs à sauter le pas, les chercheurs promettent une rémunération à hauteur de 50 euros par don. La greffe est ensuite réalisée à l’aide d’une sonde naso-gastrique ou par coloscopie.

Une pratique ancestrale

La transplantation de microbiote fécal (TMF) ne date pas d’aujourd’hui. On en retrouve les premières traces dans la médecine traditionnelle chinoise du IVe siècle, où elle était employée pour soigner les intoxications alimentaires et les diarrhées sévères. La pratique suscite un regain d’intérêt depuis 2013 et la publication d’une étude démontrant son efficacité dans la prise en charge de plusieurs affections. Des chercheurs en gastro-entérologie se sont ainsi intéressés à la TMF pour le traitement de la malnutrition, de l’autisme ou de la maladie de Crohn. Si vous êtes intéressés, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Laissez votre commentaire