Un pansement pour réparer les cœurs brisés

Un pansement pour réparer les cœurs brisés

281
0
<<<
>>>

Lorsque le cœur humain est blessé comme lors d’un infarctus, le tissu nécrosé ne peut se régénérer. Afin de pallier cela, des chercheurs ont développé un patch révolutionnaire. Retour sur l’étude, de Ke Cheng, ingénieur en biologie à la North Carolina State University de Raleigh.

Un nouveau type de pansement implantable

Pour leur étude, les biologistes de la North Carolina State University, ont pensé à un pansement capable de guérir les tissus endommagés lors d’une crise cardiaque. Lors d’expériences sur des rats et des porcs, ces patchs ont permis de minimiser les cicatrices et de préserver la capacité du cœur à pomper le sang, ont rapporté des chercheurs dans Science Advances.

La base du patch de guérison est une feuille de polymère parsemée d’aiguilles minuscules, conçues pour coller au cœur du patient. Lorsque le pansement est attaché au cœur, les microaiguilles amènent des molécules curatives directement dans le tissu endommagé, ce qui favorisent le développement des cellules du muscle cardiaque.

Des résultats très positifs

L’étude en test, pour le moment sur des rats et des porcs, s’est montrée très prometteuse.  Chez les rats, l’équipe de Cheng a testé dans quelle mesure les patchs de micro-aiguilles favorisaient la croissance de tissus sains et la cicatrisation. Sur les animaux porteurs du patch, les scientifiques ont relevé qu’avec le traitement, les rats qui ont subi un arrêt cardiaque avaient environ 40% de tissus sains dans les régions du cœur touchées par la crise, alors que les rats non traités n’en avaient que 10%.

Même constat positif sur les porcs, les chercheurs ont suivi leur santé cardiaque en mesurant la quantité de sang pompée par le ventricule gauche jusqu’au reste du corps à chaque battement de cœur. Quatre heures après l’infarctus, chaque battement libérait environ 56 à 57% du sang dans le ventricule gauche, chez les porcs traités et non traités. 48 heures après l’attaque, les résultats ont commencé à différer : les cœurs porteurs de patchs de microaiguilles ont pompé environ 60% du volume du ventricule gauche, tandis que les cœurs non traités en ont pompé environ 50%.

Les chercheurs doivent maintenant étudier la résistance des patchs sur de plus longues périodes. Avant qu’ils ne soient utilisés pour traiter les humains, l’équipe de biologistes envisage de remplacer le polymère utilisé dans cette étude par un matériau qui se dissout progressivement à l’intérieur du corps. Les chercheurs explorent également des moyens moins invasifs que la chirurgie à cœur ouvert, explique Cheng.

Un dispositif tel que celui-ci pourrait un jour réduire le risque d’insuffisance cardiaque pour les personnes survivantes.

Infractus :  les signes qui peuvent sauver !

Chaque année en France, 100 000 personnes sont touchées par un infarctus du myocarde. Cette situation nécessite une prise en charge urgente, car le pronostic vital est engagé. Pour agir et prévenir les secours à temps, voici les principaux signes.

  • Une douleur intense en plein milieu du thorax
  • Une douleur irradiant vers la nuque et la mâchoire, le dos et/ou le bras gauche(plus rarement le bras droit) ;
  • Des sueursplus ou moins importantes ;
  • Des nausées et/ vomissements;
  • Un souffle court;
  • Des vertiges et/ou évanouissements.

Si vous détectez ces symptômes il y a urgence, téléphonez aux secours (le 15), qui tenteront de stopper la crise à leur arrivée et prendront en charge le patient. En les attendant l’arrivée des secours et selon leurs directives, ce sera à vous de pratiquer les premiers gestes.

Grâce à vous, une vie peut être sauvée alors agissez !

 

Laissez votre commentaire