Une alternative à la chirurgie en cas d’appendicite

Une alternative à la chirurgie en cas d’appendicite

84
0
<<<
>>>

Des chercheurs finlandais ont découvert que certaines crises d’appendicite pouvaient être traitées grâce à un traitement par antibiotiques. Leurs recherches montrent que cette solution est moins invasive qu’une intervention chirurgicale et que les risques de récidive restent faibles.

Qu’est-ce que l’appendicite ?

L’appendicite aiguë est une inflammation soudaine d’un diverticule du côlon appelé l’appendice. Cette inflammation peut survenir en cas d’accumulation de matières fécales ou de mucus, un phénomène qui favorise la prolifération des bactéries. Elle survient dans la plupart des cas avant l’âge de 20 ans et surtout chez les enfants, qui se font souvent opérés pour la première fois à cause d’une appendicite. Le principal signe qui permet de la reconnaître est l’apparition de vives douleurs dans le bas du ventre à droite.

Une étude menée sur 530 patients

Des chercheurs finlandais issus de l’hôpital de Turku ont publié les résultats de leurs travaux dans le Journal of American Medical Association le mardi 25 septembre. Ils se sont basés sur les cas de 530 patients (201 femmes et 329 hommes) âgés de 18 à 60 ans et ayant été touché par une crise d’appendicite. Les patients ont été répartis en deux groupes : 273 se sont fait retirer leur appendice et 257 ont reçu un traitement antibiotique. L’objectif des chercheurs était de déterminer le taux de récidive tardive après l’antibiothérapie.

Dix jours de traitement et aucune chirurgie

Les patients du groupe « antibiotique » ont été pris en charge dès le début de l’infection et ont reçu tout d’abord de l’ertapénem par voie intraveineuse pendant trois jours puis de la lévofloxacine et de la métronidazole pendant sept jours. Sur la totalité des patients de ce groupe, 85 ont connu une récidive et ont dû subir une appendicectomie. Pour 76 d’entre eux, l’appendicite n’était pas compliquée. Cinq ans après le traitement, le taux global de complications était de 6,5 % contre 24,4 % pour les patients de l’autre groupe ayant été opérés.

S’il n’y avait aucune différence entre les deux groupes concernant la durée du séjour à l’hôpital, ce n’était pas le cas au niveau de la durée du congé maladie. Après une appendicectomie, les patients sont restés jusqu’à onze jours de plus en arrêt. Ces résultats confirment que l’antibiothérapie constitue une alternative moins invasive et handicapante à la chirurgie.

Réduire le recours à l’appendicectomie

Les chercheurs finlandais ont toutefois précisé que les résultats de l’antibiothérapie à long terme (plus de 5 ans après traitement) ne sont pas encore connus. La publication de cette étude devrait malgré tout permettre de réduire la fréquence des interventions chirurgicales en cas d’appendicite. En France, le nombre d’appendicectomies pratiquées chaque année reste encore important même s’il a considérablement baissé ces dernières années, passant de 270 000 en 1986 à 80 000 aujourd’hui, notamment grâce au perfectionnement des techniques d’imagerie.

Laissez votre commentaire