Une molécule prometteuse contre la sclérose en plaques

Une molécule prometteuse contre la sclérose en plaques

275
0
<<<
>>>

molecule-sclerose-en-plaquesDes chercheurs de la faculté de médecine de l’université Northwestern à Chicago ont identifié une molécule protectrice contre la sclérose en plaques dont la production est en lien avec le taux de testostérone.
A partir d’expériences sur des souris manipulées génétiquement pour souffrir de l’équivalent de la sclérose en plaques, les scientifiques ont en effet découvert que les symptômes de la maladie avait disparu après les avoir traitées avec cette molécule.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune chronique qui attaque le système nerveux central.
Les cellules qui fabriquent la myéline, une gaine qui protège les fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière, sont attaquées, pour laisser place à des lésions dispersées dans le système nerveux central.
Les symptômes de cette maladie qui touche 2 fois plus les femmes que les hommes, sont des problèmes moteurs et des déficits cognitifs.

Les travaux menés ont pu déterminer que la testostérone provoquait une réaction dans un certain type de cellules immunitaires qu’elle leur permettait de produire la molécule protectrice chez les souris mâles. La molécule empêche ainsi la formation d’un autre type de cellule immunitaire qui attaque directement la myéline.
Le Dr Melissa Brown, professeur d’immunologie et principale auteur des travaux estime que les taux de testostérone chez les femmes, 7 à 8 fois moins élevés que chez les hommes, sont insuffisants pour produire cette molécule protectrice. “Mais nous avons montré maintenant qu’il est possible d’activer sa production avec cette molécule, souligne-t-elle.

Par ailleurs, des essais cliniques avec de la testostérone ont été réalisés pendant 1 an sur des hommes atteints de la sclérose en plaques. La destruction de myéline et la dégénérescence des fibres nerveuses sur ces sujets ont été partiellement inversées.

Les chercheurs ont cependant indiqué que la testostérone n’était pas une thérapie possible même à court terme étant donné les multiples effets secondaires aussi bien sur les hommes que sur les femmes.

Laissez votre commentaire