Vapoter : pas sans danger pour votre cœur

Vapoter : pas sans danger pour votre cœur

292
0
<<<
>>>

Des chercheurs de l’université de Californie (Etats-Unis) ont publié le 23 août sur le site de leur établissement les résultats d’une étude menée sur près de 70 000 personnes pour mettre en avant les effets néfastes de la cigarette électronique sur la santé. Régulièrement présentée comme moins dangereuse que sa grande sœur, son utilisation expose pourtant à des risques loin d’être anodins.

Un risque accru d’infarctus

Utilisée quotidiennement, la cigarette électronique aurait pour effet de multiplier par deux le risque pour les consommateurs d’être victimes d’une crise cardiaque par rapport aux non-fumeurs. De plus, l’alternance de la cigarette conventionnelle et de la cigarette électronique – méthode adoptée par certains fumeurs pour arrêter de fumer – augmenterait ce risque jusqu’à cinq fois par rapport aux personnes qui ne consomment rien.

Le professeur Stanton Glantz, principal auteur de cette étude, insiste sur le fait que l’utilisation simultanée des deux produits est encore plus néfaste pour l’organisme que chacun pris individuellement. Il rappelle également qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer car les risques d’avoir une crise cardiaque commencent à diminuer dès les premiers jours d’arrêt.

En cause : la nicotine

L’étude américaine vient conforter les résultats d’une précédente étude menée en 2017 par des chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède. Dirigée par le docteur Magnus Lundback, cette étude avait analysé l’impact des cigarettes électroniques contenant de la nicotine : hausse de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle et de la rigidité des artères. Bien que temporaire, cette augmentation était significative et montrait bien le rôle joué par la nicotine dans le développement des troubles cardio-vasculaires.

Dispositif « parcs et jardins sans tabac »

Cette nouvelle étude sur le vapotage fait écho aux récentes mesures prises par la mairie de Paris pour interdire la consommation de tabac dans une demi-douzaine de parcs et jardins publics. Une campagne de prévention a été lancée le 10 juillet et se déroulera jusqu’en automne, où un premier bilan sera établi. L’objectif ? Limiter la présence de mégots, l’exposition au tabagisme passif et permettre aux fumeurs de mieux contrôler leur consommation.

Si ce dispositif est définitivement adopté, il viendra étendre la législation déjà existante. Depuis 2015, sur tout le territoire français, fumer près d’une aire de jeux pour enfants est un délit passible d’une amende de 38 € et jeter un mégot sur la voie publique vous coûtera 68 € si vous êtes pris en flagrant délit.

Strasbourg est la première ville de France à avoir interdit la consommation de tabac dans l’ensemble de ses parcs et jardins publics. Paris serait-elle en passe de suivre le mouvement ? Affaire à suivre…

Laissez votre commentaire