Vers le remboursement du préservatif féminin ?

Vers le remboursement du préservatif féminin ?

802
0
<<<
>>>

Face à son homologue masculin, le préservatif féminin est encore méconnu et fait l’objet de nombreuses idées reçues. Le 16 avril, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a publié un avis dans lequel il plaide en faveur de son remboursement. Si elle est mise en place, cette mesure encouragerait l’utilisation du préservatif féminin, comme c’est déjà le cas pour certains préservatifs masculins remboursés depuis 2 ans par l’Assurance maladie.

Pourquoi le préservatif féminin est-il délaissé ?

Contrairement au préservatif masculin, le préservatif féminin est peu mis en avant. Il paraît souvent difficile à utiliser et son prix, également, est dissuasif. Ainsi, une boîte de 3 préservatifs féminins coûte entre 8 et 12 €, alors que les préservatifs masculins sont accessibles à partir de 2-3 € pour une boîte de 12. En outre, depuis 2019, certaines références sont remboursées sur prescription médicale. Cette prise en charge a induit une augmentation de l’utilisation des préservatifs masculins. Partant de ce constat, le HCE a rédigé un avis intitulé “Préservatif féminin : vers un remboursement intégral pour une plus grande utilisation”. Tout est dans le titre : rembourser le préservatif féminin, au même titre que la version masculine, serait profitable à sa démocratisation.

Les avantages du préservatif féminin

Le préservatif féminin se présente comme une gaine munie d’un anneau souple aux 2 extrémités. A usage unique, il peut être inséré dans le vagin jusqu’à 8 heures avant un rapport sexuel et permet de se protéger à la fois des infections sexuellement transmissibles (IST) et d’une grossesse non désirée. Lorsqu’il est utilisé correctement, son niveau d’efficacité est de 95 %. Composé de nitrile ou de polyuréthane, le préservatif féminin est plus résistant et a moins de risque de se déchirer. Il ne provoque pas d’allergie et est plus perméable aux échanges de chaleur que le préservatif masculin en latex. Les sensations des partenaires sont ainsi préservées lors des rapports sexuels. En outre, il n’est pas nécessaire que l’homme se retire après avoir éjaculé. Finalement, le préservatif féminin est un moyen pour les femmes de maîtriser leur contraception et leur sexualité, et constitue une alternative pour celles qui souhaitent abandonner les méthodes hormonales telles que la pilule, l’implant ou l’anneau. Il peut être associé à des spermicides ou un DIU au cuivre afin de bénéficier d’une double protection.

Les préconisations du Haut Conseil à l’Égalité

Dans son avis, le HCE propose de lancer une action publique volontaire en faveur du préservatif féminin. Le remboursement ou la gratuité (selon les publics visés) représente l’axe principal, auquel pourrait s’ajouter une campagne de communication nationale visant à sensibiliser le grand public sur les avantages de cette méthode. Le HCE insiste aussi sur la nécessité de former et informer les professionnels (médecins, sages-femmes, centres de planification familiale, infirmiers scolaires, etc.) afin qu’ils assurent un rôle de relais. Enfin, des études spécifiques pourraient être réalisées pour mieux identifier les freins à l’utilisation du préservatif féminin et s’assurer de sa bonne utilisation.

Laissez votre commentaire