VIH : quand faire le test ?

VIH : quand faire le test ?

1256
0
<<<
>>>

test vih

En 2017, 25 000 personnes ignoraient encore qu’elles étaient contaminées par le VIH en France, selon Santé Publique France. Un chiffre alarmant qui pourrait pourtant être réduit par un réflexe simple : le dépistage. Souvent jugé « trop stressant » ou « terrifiant », il est aujourd’hui facilement accessible et permet d’obtenir un résultat rapidement, notamment grâce à la commercialisation des autotests disponibles en pharmacie. Surtout, un dépistage précoce assure une meilleure prise en charge des personnes infectées et limite la propagation du virus.

Pharma GDD vous en dit plus sur le dépistage du VIH, les différents tests disponibles et le bon moment pour franchir le pas afin d’obtenir un résultat fiable.

Pourquoi est-il important de se faire dépister ?

Le dépistage est le seul moyen efficace de savoir si vous êtes infecté par le VIH ou une autre IST (infection sexuellement transmissible). Il n’y a pas toujours de symptômes ou de signes extérieurs visibles.

Le dépistage permet la prise en charge des personnes infectées et la mise en route de traitement permettant d’empêcher l’évolution et la transmission du VIH.

Après une prise de risque, il est conseillé de se faire dépister rapidement, car le virus du VIH peut évoluer vers le sida. Une personne dépistée tôt et sous traitement efficace a la même espérance de vie qu’une personne séronégative.

À quel moment se faire dépister ?

Plusieurs situations peuvent vous amener à vous faire dépister :

  • Pour faire le point sur votre situation, notamment si vous ne vous êtes jamais fait dépister ;
  • Au début d’une nouvelle relation, surtout si vous envisagez d’arrêter le préservatif avec votre partenaire ;
  • Après une prise de risque (rapport non protégé, déchirement du préservatif, partage d’une seringue ou d’un matériel en contact avec du sang potentiellement infecté, …) ;
  • Lorsqu’une grossesse est envisagée.

Il faut savoir qu’un certain délai est nécessaire pour que le dépistage puisse détecter la présence d’une infection. Suivant les tests, il faut attendre plusieurs semaines ou plusieurs mois avant de pouvoir se faire dépister. Après une prise de risque et en attendant de pouvoir faire le test, il reste important de se protéger avec un préservatif lors des rapports pour éviter la propagation de l’infection. En effet, les premières semaines après la contamination, la charge virale est très élevée et donc le risque de transmission du VIH également.

Quel test de dépistage choisir ?

Plusieurs tests sont possibles pour se faire dépister du VIH :

La prise de sang : le test classique

Ce test, appelé test Elisa, consiste à rechercher dans le sang la présence d’anticorps anti-HIV-1 et anti-HIV-2, signe de l’infection. Il est totalement fiable s’il est réalisé au moins six semaines après la dernière prise de risque.

Dans certains cas, le délai peut être raccourci à 3 semaines, mais le degré de certitude du test est moindre et il doit être renouvelé après 6 semaines pour un résultat fiable.

Après la prise de sang, il faut généralement attendre quelques jours pour obtenir les résultats.

Le TROD pour un résultat rapide

Pour un résultat plus rapide, en seulement quelques minutes, il existe les TROD (Tests rapides d’orientation de diagnostic). Il s’agit d’un prélèvement sanguin au bout du doigt réalisé dans certains centres habilités ou associations de lutte contre le VIH. Un délai de 3 mois (12 semaines) doit s’être écoulé depuis la dernière prise de risque.

Si le test rapide est positif, il doit être confirmé par un test de dépistage classique du VIH (par prise de sang). S’il est négatif, son résultat est fiable et il n’y a pas besoin de réaliser un autre test.

L’autotest pour un premier diagnostic discret

L’autotest est un test rapide qui permet de se tester soi-même via une goutte de sang. Il indique un résultat en quelques minutes, facile à lire, sans avoir besoin de l’aide d’un professionnel de santé.

Ces tests sont disponibles en vente libre en pharmacie. Ils sont conçus pour apporter un résultat fiable, à condition que la dernière prise de risque remonte à plus de 3 mois (12 semaines). Seuls les autotests disposant d’un marquage CE sont conformes à la réglementation européenne et reconnus officiellement comme des tests de dépistage efficaces du VIH.

En cas de résultat positif, il est nécessaire de réaliser un test classique (prise de sang) pour confirmer le diagnostic. À l’inverse, si le test indique un résultat négatif, cela ne nécessite pas de confirmation.

Le dépistage du VIH est-il gratuit ?

En France, le dépistage de l’infection par VIH est disponible gratuitement sous certaines conditions :

  • Le test Elisa (prise de sang) est 100 % remboursé par l’Assurance Maladie lorsqu’il est réalisé en laboratoire sur prescription médicale. Il est gratuit dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ;
  • Le TROD peut-être proposé gratuitement dans les CeGIDD et dans certaines associations de lutte contre le VIH habilitées par les agences régionales de santé. L’Assurance Maladie en assure le financement ;
  • Les autotests ne sont pas remboursés. Ils sont à la charge du patient et disponibles en pharmacie. Certaines associations de lutte contre le VIH peuvent, dans certains cas, en remettre gratuitement.

Résultat du test : comment réagir ?

Résultat négatif :

Un résultat négatif signifie que vous n’êtes pas infecté par le VIH. Pour autant, vous n’êtes pas immunisé. Si vous avez pris des risques, la prochaine fois sera peut-être contaminante. Il est important de continuer à vous protéger en cas de pratiques à risques.

Résultat positif :

L’annonce d’un résultat positif est un moment difficile. Si vous avez fait un test rapide ou un autotest, assurez-vous de confirmer le diagnostic en réalisant un test traditionnel (prise de sang).

Recevoir du soutien et parler avec des personnes de confiance peut aider. Si vous ne savez pas à qui vous adresser, contactez une association de lutte contre le VIH pour mieux gérer l’annonce du résultat et recevoir des conseils avisés.

Sans attendre, contactez un médecin afin de commencer un traitement le plus rapidement possible. Une prise en charge rapide prévient l’évolution de l’infection vers le sida. Cela permet aussi de limiter les risques de propagation.

Une fois le traitement commencé, prenez-le sans interruption et suivez scrupuleusement les indications de votre médecin. Les traitements actuels sont efficaces et ont permis d’améliorer grandement la qualité de vie des personnes atteintes.

Et pour les autres IST ?

Lors de la prise de sang, d’autres infections sexuellement transmissible sont recherchées à partir du même échantillon de sang, notamment l’hépatite B. Si le test est positif, il est conseillé, là encore, de consulter un médecin rapidement pour être pris en charge le plus tôt possible.

En revanche, il faut savoir que d’autres IST ne sont pas détectées. Il faut donc effectuer des examens complémentaires, comme un frottis ou un test urinaire.

En cas de prise de risque ou de signe évocateur d’une IST au niveau des organes vitaux  (démangeaisons, brûlures, petits boutons, rougeurs, …), il est conseillé de consulter un médecin pour connaître l’ensemble des dépistages à effectuer en plus du test du VIH. Les délais d’attente varient d’une IST à l’autre pour un dépistage fiable.

Ce qu’il faut retenir

Le dépistage est le seul moyen efficace de savoir si vous êtes infectés par le VIH. Il est traditionnellement réalisé grâce à une prise de sang, mais deux autres tests rapides peuvent être envisagés dans un premier temps : le TROD et l’autotest. Pour que le dépistage soit efficace, il est nécessaire d’attendre un certain délai après la dernière prise de risque (6 semaines pour la prise de sang et 12 semaines pour le TROD et l’autotest). Durant cette période, il reste important de se protéger avec un préservatif lors des rapports pour éviter la possible propagation de l’infection. En cas de résultat positif, un médecin doit être contacté sans délai, afin d’assurer une prise en charge rapide. Pour rappel, une personne dépistée tôt et sous traitement efficace a la même espérance de vie qu’une personne séronégative.

 

Laissez votre commentaire