VIH : un vaccin validé en phase 1 d’essais cliniques

VIH : un vaccin validé en phase 1 d’essais cliniques

493
0
<<<
>>>

Depuis sa découverte dans les années 1980, le VIH est au cœur de la recherche scientifique, qui travaille sans relâche pour trouver une manière de lutter efficacement contre ce virus. Début février, l’Institut de recherche Scripps, basé en Californie, a annoncé une nouvelle pleine d’espoir. En effet, son vaccin contre le VIH a validé la première phase d’essais cliniques, avec des résultats prometteurs.

Quelques rappels sur le VIH

Plus de 38 millions de personnes dans le monde sont touchées par le Virus de l’immunodéficience humain (VIH). En France, environ 6 000 nouveaux cas sont détectés chaque année, une constante depuis 2007. Le VIH est un rétrovirus qui se transmet lors des rapports sexuels non protégés ou en cas de contact avec du sang porteur du virus. Il s’attaque au système immunitaire, plus précisément aux lymphocytes T4, et peut passer longtemps inaperçu. Ainsi, 26 % des diagnostics sont posés alors que la maladie a atteint un stade avancé. Le Sida (syndrome d’immunodéficience acquise) correspond au dernier palier de l’infection et marque l’effondrement des défenses immunitaires. L’organisme est alors complètement vulnérable face à de nombreuses infections virales et bactériennes.

Absence de traitement et difficultés à créer un vaccin

Il n’existe pas de traitement pour soigner le VIH/Sida. La trithérapie s’appuie sur des antiviraux pour inhiber la duplication du virus et ralentir la progression de l’infection. De nombreuses recherches sont menées afin de concevoir un vaccin. Cette opération se révèle difficile en raison de l’instabilité du VIH, qui mute beaucoup. Par ailleurs, il n’y a pas de virus suffisamment proche qui permettrait de mieux le comprendre. En attendant, le seul moyen de ne pas être infecté est d’utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels et, pour les toxicomanes, du matériel d’injection à usage unique. Il est également indispensable de se faire dépister au moindre doute et avant d’envisager des rapports non protégés. Pour cela, vous pouvez vous rendre dans un laboratoire d’analyses, dans un centre de dépistage, ou faire un autotest VIH à domicile.

Un nouveau vaccin à l’essai sur l’Homme

L’équipe de l’Institut de recherche Scripps a conçu un vaccin en utilisant des protéines de l’enveloppe du VIH. La première phase des essais cliniques a inclus 48 adultes, divisés en 2 groupes. Le premier groupe a reçu 2 doses de vaccin, le second s’est vu administrer un placebo. Une réponse immunitaire a ensuite été observée chez 97 % des sujets ayant eu le vaccin. Celui-ci a permis de créer des réponses immunitaires rares encourageant l’organisme à produire des anticorps contre le VIH. Par la suite, l’Institut va collaborer avec l’entreprise pharmaceutique et biotechnologique Moderna afin de développer un vaccin à ARN messager (ARNm) capable de stimuler la production de cellules bNAbs, des anticorps neutralisants à large spectre (“broadly neutralizing antibodies”). Maîtrisée depuis plus de 20 ans, la technique de l’ARN messager pourrait accélérer le rythme de développement d’un vaccin contre le VIH.

D’autres options sont à l’étude, notamment celle du vaccin Mosaïque, qui contient plusieurs protéines de surface du VIH issues de diverses souches virales circulant dans le monde. La phase 3 des essais cliniques a été lancée, incluant 3 800 participants. Les résultats définitifs sont prévus pour 2022.

Laissez votre commentaire