Virus Nipah : ce qu’il faut savoir

Virus Nipah : ce qu’il faut savoir

233
0
<<<
>>>

Depuis plusieurs semaines, le virus Nipah réapparaît en Asie, touchant plus précisément la région du Kerala à la pointe sud de l’Inde. Dix personnes sont décédées en l’espace de deux semaines et une centaine d’autres a été placée en quarantaine afin de prévenir l’expansion du virus.

Les origines du virus

Peu connu en Europe, le virus Nipah est très surveillé dans les pays d’Asie du sud et du sud-est comme la Thaïlande, le Cambodge ou la Malaisie où il concerne surtout les zones rurales.

Les premiers cas de contamination au virus Nipah ont été identifiés en 1998 en Malaisie, dans le village de Kampung Sungai Nipah qui lui a alors donné son nom. Il a ensuite touché le Bangladesh en 2004, pays où il a fait le plus de victimes jusqu’à présent. Depuis sa découverte en 1998, le virus Nipah est à l’origine de près de 260 décès.

Comment se transmet-il ?

L’hôte naturel de ce virus est une espèce de chauve-souris qui se nourrit de fruits. Les Hommes peuvent être contaminés en consommant de la nourriture (notamment du jus de palme) qui a été infectée par la salive ou l’urine des chauves-souris ou par le biais d’un hôte intermédiaire. Le virus Nipah peut en effet provoquer des maladies chez les animaux qui le transmettent ensuite à l’Homme.

Des cas de contamination interhumaine ont également été observés. Une personne infectée par le virus Nipah présente un risque pour son entourage proche mais aussi pour les personnes qui sont amenées à la soigner si elle est hospitalisée alors que la présence du virus n’est pas encore connue.

Quels sont les symptômes ?

Même si des recherches sont menées actuellement, il n’existe pas encore de vaccin permettant de protéger l’Homme du virus Nipah qui se révèle mortel dans 70 % des cas. La prise en charge se limite donc au traitement des symptômes observés.

Parfois, l’infection peut rester asymptomatique ou ressembler à un syndrome grippal. Mais le virus peut aussi entraîner des difficultés respiratoires ou des encéphalites qui provoquent de la fièvre, des maux de tête voire un coma.

Vers une nouvelle épidémie ?

Si le virus Nipah peut être comparé au virus Ebola en raison de son origine animale et du risque de transmission interhumaine, son ampleur et le nombre de victimes restent inférieurs, le virus Ebola étant à l’origine de 11 000 décès selon l’Organisation mondiale de la santé.

Laissez votre commentaire