Votre cuisine est plus polluée que le centre de Londres !

Votre cuisine est plus polluée que le centre de Londres !

429
0
<<<
>>>

Cuisiner votre rôti ou encore faire griller votre pain le matin pourrait s’avérer bien plus dangereux qu’il n’y paraît. Des chercheurs américains ont démontré que la préparation de ces plats a un impact considérable et insoupçonné sur la qualité de l’air de votre maison.

Une étude surprenante…

Cette étude résulte d’une expérience menée dans une maison d’environ 100m2 équipée en capteurs et caméras de pointe permettant de surveiller la qualité de l’air et de mesurer les niveaux de pollution. Durant un mois, les chercheurs ont mené diverses activités ménagères quotidiennes, notamment la préparation d’un dîner de Thanksgiving complet.

Cette recherche a révélé que les niveaux de pollution engendrés par la cuisson d’une dinde rôtie accompagnée de garnitures seraient 13 fois plus élevés que le niveau de pollution du centre-ville de Londres.

Les tâches en apparence anodines, comme faire bouillir de l’eau au-dessus d’une flamme de cuisinière, peuvent également contribuer à la formation de polluants atmosphériques. Les particules toxiques libérées restent alors en suspension dans l’air et une exposition prolongée à des niveaux élevés est susceptible de provoquer des problèmes respiratoires et de présenter des risques pour le cœur et la circulation sanguine.

Par ailleurs, les chercheurs ont également découvert que griller deux tranches de pain au toaster causerait une pollution de l’air deux fois plus élevée que celle observée pendant 15 à 20 minutes dans le centre d’une grande ville. Il s’agit d’un niveau trois fois supérieur à la limite de sécurité fixée par l’Organisation mondiale de la santé.

… pour des résultats inquiétants

Ces résultats sont particulièrement inquiétants, car les chercheurs ont constaté des taux de particules fines supérieurs à ceux enregistrés dans les rues de New Delhi en Inde, l’une des villes les plus polluées au monde. En cause, les flammes du gaz, les aliments carbonisés, les huiles de cuisson, ou encore la saleté du four et des ustensiles. Autant de facteurs qui favorisent la pollution de l’air. Ces fines particules sont suffisamment petites pour s’infiltrer dans les poumons jusqu’aux alvéoles et sont d’ailleurs à l’origine de maladies respiratoires et cardiovasculaires.

À travers cette étude, les chercheurs de l’université du Colorado rappellent que la pollution intérieure peut atteindre des niveaux plus élevés qu’à l’extérieur. La directrice de la recherche Marina Vance recommande pour limiter le risque d’exposition aux particules nocives, d’aérer et de ventiler son intérieur 15 min par jour, car, “les maisons n’ont jamais été considérées comme une source importante de pollution de l’air extérieur. ” conclut-elle.

Laissez votre commentaire