Voyager avec un bébé en avion : 10 conseils à connaître

Voyager avec un bébé en avion : 10 conseils à connaître

346
0
<<<
>>>

voyager avec bébé en avionBien que bouleversante, l’arrivée d’un bébé n’arrête pas toujours l’envie de voyager. Au contraire, découvrir une nouvelle destination avec un petit bout de chou peut être l’occasion rêvée de se créer de merveilleux souvenirs en famille.

Néanmoins, lorsqu’un vol en avion est nécessaire, les choses peuvent se compliquer. Entre les pleurs de bébé, les regards réprobateurs des autres voyageurs et l’angoisse du vol, il y a de quoi paniquer … voire tout annuler !

Pour éviter d’en arriver là et voyager (sereinement) avec bébé en avion, Pharma GDD vous livre 10 conseils à connaître.

1) Choisir la bonne destination et le bon vol

D’abord, il faut savoir qu’un bébé est extrêmement sensible à son environnement extérieur et que les changements importants peuvent le perturber. Durant sa première année, il est préférable d’éviter, si possible, les vols long-courriers et les décalages horaires qui vont avec. Il y a sûrement de très belles destinations à seulement quelques heures de vol de chez vous qui iront parfaitement avec le rythme de votre bébé.

Faites également attention au nombre d’escales et à la durée de celles-ci qui peuvent fatiguer votre enfant (et vous aussi par la même occasion !). Privilégiez plutôt les vols directs.

Autre point important lors de la réservation : l’heure du décollage. Autant que possible, celui-ci doit avoir lieu le matin tôt pour les vols courts ou le soir si le trajet dure plus de deux heures. En matinée, votre petit est plus en forme et généralement de meilleure humeur : il devrait donc mieux supporter le vol qu’en pleine journée. En soirée, vous pouvez espérer qu’il s’endorme et fasse sa nuit pour gagner quelques heures de trajet.

2) Anticiper la place de bébé à bord

Lors d’un voyage en avion avec un bébé (moins de deux ans), l’enfant est installé sur les genoux de ses parents durant le vol. Il est attaché grâce à une double ceinture de sécurité durant le décollage, l’atterrissage et en cas de turbulences. Pour gagner un peu de place, les compagnies aériennes attribuent généralement des places à l’avant ou au milieu de l’appareil aux jeunes parents. Cela leur permet d’être un peu plus libre et d’avoir la possibilité de bouger sans avoir à garder l’enfant sur leurs genoux durant tout le trajet.

Avant le départ, assurez-vous que votre compagnie a bien pris cette précaution. En cas de doute, contactez-la pour essayer d’obtenir une place de ce type. Si cela n’est pas possible et que le vol est long, vous avez toujours la possibilité de réserver une place enfant à tarif réduit pour votre bébé afin de bénéficier d’un siège supplémentaire.

En cas de vol long-courrier, réservez un berceau auprès de votre compagnie afin de pouvoir installer confortablement votre bébé. Ils sont disponibles gratuitement sur demande, sous réserve de disponibilité.

3) Habiller bébé confortablement le Jour-J

Comme vous, bébé a besoin de se sentir à l’aise durant le trajet. Prévoyez des vêtements confortables, comme un pyjama, dans lesquels il va pouvoir se mouvoir à sa guise. Pensez également à l’aspect pratique : si bébé a besoin d’être changé, il est préférable que sa tenue soit facile à retirer, car les espaces pour le change des avions sont souvent étroits.

Pensez également à prévoir des habits de rechange (pour bébé, mais aussi pour vous) en cas de petits accidents à bord.

Autre point important : la météo. Prenez en compte la température extérieure à votre départ, mais aussi à l’arrivée. Il ne faudrait pas que bébé arrive en polaire dans un pays où la température avoisine les 35°C !

4) Prévoir un porte-bébé pour l’aéroport

Certaines compagnies exigent que les poussettes soient mises en soute dès l’enregistrement. Si l’avion est plein, il se peut que vous en fassiez la mauvaise expérience, même si vous aviez prévu de la placer sous votre siège ou dans un coffre à bagages. Pour éviter ce genre de problème, emportez avec vous un porte-bébé ou une écharpe de portage. En attendant votre vol ou pendant les escales, vous apprécierez de ne pas avoir à porter bébé uniquement à la force de vos bras.

5) Signaler sa présence au personnel de l’aéroport

Voyager avec un bébé en avion réclame un peu plus d’organisation et de temps qu’à l’accoutumée. Il ne faut donc pas hésiter à s’adresser au personnel de l’aéroport dès l’arrivée pour bénéficier de certains avantages. Par exemple, il est possible que vous puissiez passer dans une file prioritaire lors de l’enregistrement pour vous éviter la queue. De même, le personnel fait généralement monter dans l’avion les familles avant les autres passagers, afin qu’elle puisse s’installer dans le calme.

6) Emporter les soins de base dans l’avion

Pour que le vol se déroule le mieux possible, anticipez en prenant avec vous certains produits de base, notamment pour le change. Emportez un nombre suffisant de lingettes et couches, tout en tenant compte des éventuels retards. N’oubliez pas le sérum physiologique, bien utile pour débarbouiller bébé ou lui déboucher le nez.

Pensez aussi à prendre une petite trousse à pharmacie pour agir en cas de nécessité : paracétamol, mouche-bébé, thermomètre, anneau de dentition, pansements, brumisateur… N’emportez dans votre bagage à main que l’essentiel. Le reste doit être placé dans une seconde trousse dans votre valise.

Si vous emportez certains produits liquides, assurez-vous que leur format soit compatible avec un voyage en avion. Dans le cas contraire, vous risquez de vous les faire confisquer à l’aéroport lors du contrôle.

7) Préparer les biberons et repas à l’avance

Si le vol est long, votre enfant risque d’avoir faim durant le trajet. Il est donc impératif d’emporter avec vous de quoi le nourrir. Les mamans allaitantes n’ont pas besoin de s’encombrer : un soutien-gorge d’allaitement et éventuellement un tire-lait sont les seuls accessoires nécessaires. Pour les autres, il faut prévoir suffisamment de lait et/ou de petits pots pour assouvir ses besoins jusqu’à l’atterrissage. Prenez garde tout de même aux contraintes du vol concernant les liquides, et notamment l’eau nécessaire à la préparation des biberons. Certaines compagnies sont plus tolérantes que d’autres.

À bord, veillez à prendre vos précautions avant que bébé n’ait réellement faim, car les petits plats et biberons sont chauffés au bain-marie (et non au micro-ondes) et cela prend du temps.

Pour éviter de vous encombrer, vous pouvez aussi opter pour les « repas bébés » ou « repas enfants » proposés par votre compagnie. Petits pots, compotes, gâteaux, … Il suffit simplement d’y penser avant le départ pour alléger considérablement votre sac.

8) Prévoir des occupations pendant le vol

Dans un avion, le temps peut être long pour bébé. Il est important de pouvoir l’occuper, afin qu’il ne voit pas le temps passer. Les plus petits apprécient avoir avec eux leur doudou, un hochet ou un livre en tissu. Les plus grands aiment généralement les coloriages, les livres et les jeux sur appareils électroniques (tablette, téléphone portable, console, …). Dans tous les cas, évitez les jouets bruyants qui risquent d’énerver les autres passages et de vous fatiguer vous aussi.

Par ailleurs, il y a pas mal de chose à faire dans un avion pour un bébé : faire un coucou au personnel de bord, regarder le ciel et les nuages par le hublot, retrouver d’autres bébés dans le couloir, regarder un film … Il ne faut donc pas hésiter à en profiter et à marcher un peu dans l’allée centrale pour se dégourdir les jambes.

9) Prendre quelques précautions au décollage et à l’atterrissage

Le décollage et l’atterrissage sont les moments les plus sensibles lors d’un voyage en avion avec bébé, car ses oreilles peuvent se boucher. Outre les douleurs, cela peut engendrer une otite barotraumatique.

Pour l’éviter, il faut provoquer la déglutition chez l’enfant. Autrement dit, il faut activer son système salivaire. Le plus simple reste de le faire téter ou de lui proposer une sucette. Si bébé dort, il faut le réveiller, car on ne déglutit pas en dormant et il risque d’avoir mal en se réveillant.

10) Rester ZEN !

Si bébé pleure durant le vol, vous risquez de subir les regards agacés de vos voisins. Néanmoins, inutile de vous attarder dessus ou de disputer votre petit : si votre enfant pleure, c’est qu’il cherche à vous exprimer quelque chose et qu’il a besoin de vous. Les spécialistes estiment que les enfants ne font pas de caprices avant l’âge de 18 mois. En outre, il ressent votre stress et réagit à votre humeur. Plus vous serez détendu, plus il y a de chance pour qu’il le soit lui aussi. Alors « cool attitude » et bon voyage !

Laissez votre commentaire